Morne plaine que ce blog ! Pour un certain temps encore, il va demeurer en sourdine. C'est que ma vie nouvelle de prof m'a mangé tout cru ces derniers mois, et je n'en suis qu'au début. Si les guitares ne prennent pas la poussière pour autant, il m'est impossible d'enregistrer des titres, et encore plus de préparer des scènes. Je n'avais pas anticipé la durée de cette période blanche.

Je me suis demandé un temps si je n'allais pas convertir ce petit journal web en parlotes autant sur la création musicale, ma mienne ou pas, que sur la vie d'un enseignant qui démarre (en trombe, forcément) sa vie avec des collégiens. Mais je fais finalement provision de tous les délires, de toutes les anecdotes, joies et déceptions rencontrées depuis septembre pour d'autres choses. Des chansons, entre autres.

Dans l'attente d'un nouvelle saison de musique, pour me rafraîchir les oreilles, saoûlées de bruits de classe, de cris d'élèves dans la cour, ou de mon propre blabla de prof, je me plonge en cet été naissant dans l'album tout chaud encore de Krystle Warren, Circles. J'évoquais cette artiste envoûtante dans un billet consacré à son passage dans l'émission One Shot Note. Si le disque m'a un peu déçu au début, au regard de la chanteuse sauvage que Krystle Warren devient sur scène, j'y ai pris goût, à mesure qu'on avance de titre en titre vers les inspirations jazzy (notamment à partir de Sunday Comfort et Current events).

Extraites du Taratata du 3 avril, voici la vidéo de My third love et celle de The girl is mine, en duo avec Hugh Coltman - hommage à Michael Jackson avant l'heure. Plutôt "fraîches", comme diraient mes élèves. Bonne écoute.