Hibernatus
Entré dans une phase d'hibernation sévère, j'ai eu moins de temps à consacrer au blog depuis quelques semaines. Snif. Je retrouve un peu d'air pour vous livrer, au fil des jours d'automne, quelques pépites trouvées ici et là. Côté chansons de ma fabrication, patience est requise, je suis dans une période, disons, d'écriture et de brouillard, l'un allant rarement sans l'autre chez moi.

La Mauvaise réputation en mérite une bonne
En attendant donc, retour sur un super concert vu il y a plusieurs mois déjà à l'Européen, l'un des meilleurs pour moi cette année. Première partie somptueuse du trio La Mauvaise réputation, qui réinvente avec amour et talent le répertoire de Brassens : je cherche avec peine des choses sur ce groupe, n'hésitez pas si vous en trouvez. C'est une merveille de liberté musicale, et je suis depuis réconcilié avec l'accordéon (le métro m'en avait lassé), notamment grâce à une version de L'accordéoniste à franchement chialer (et ce n'est pas de la sensiblerie).

Samarabalouf, le délire
Puis débarque Samarabalouf, et chauffe la scène, tremblent les cordes ; les guitares vibrent sur des rythmes jazz manouche et festifs. Maîtres dans l'art de faire monter l'ambiance, sans parler du fait que juste ils déchirent sur leurs instrus, les trois gars (guitariste lead sur Selmer, guitariste rythmique à la banane et contrebassiste déjanté) déconnent à foison et font participer le public.

Et ils invitent des artistes originaux : une chanteuse arabe si ma mémoire est bonne, un génie de la human beat-box... et même le chien perdu d'un spectateur. Anecdote : le gratteux lead a sans doute battu le record de vitesse de changement de corde au milieu d'un morceau, sous les battements de mains de plus en plus rapides du public.

Faut dire que tout est dans le nom : Samarabalouf, c'est le bal de ouf d'une bande de mecs de Samara (le nom gaulois d'Amiens). On comprend mieux. Et au sortir d'un tel concert, on se dit qu'il n'y a que ça de vrai : une salle chaleureuse, une scène proche, des musiciens qui en abolissent la frontière avec délire pour faire pleinement vivre une soirée de musique à leur public.

Pour en savoir plus sur ces joyeux drilles et monstrueux zicos, rendez-vous sur le Myspace des Samarabalouf ou sur samarabalouf.com. Et petit aperçu vidéo :

Samarabalouf - Jaja

Samarabalouf - Jaja