Une seule satisfaction en cette période de déluge financier et économique : dans les prochains mois, on cessera peut-être, en notre douce France, de dire que le chômage c'est la faute des chômeurs.