J'ai envie de dire, entre guillemets...

Longtemps j'ai trouvé cette expression stupide, symptomatique d'un manque de justesse dans le discours, voire d'une certaine bêtise, voui madame, refermez donc vos guillemets et vos parenthèses. Faites des digressions, des apartés, mais bon sang, pliez-là vos guillemets volants. Bah voui : entre guillemets, vous savez bien, la formule est toujours inévitablement mimée. Quatre doigts en l'air figurent de ridicules petits guillemets sauteurs.

Fatigue de ma tournure d'esprit élitiste chagrin ? Expérience des jeunes en difficulté ? Je ne sais d'où m'est venue la vision que j'en ai aujourd'hui : celle d'une heureuse contamination de la langue parlée par la langue écrite, passée jusque dans le corps. C'est vrai, c'est tellement toujours dans l'autre sens que cela se produit !

(Ce billet fait l'objet d'une publication dans une nouvelle catégorie : Saute-gribouilles. C'est que je voulais un nom de rubrique bien con, ce blog me paraissant avec le recul d'une longue absence par trop sérieux. Il fallait aussi refléter le contenu de la dite rubrique, à savoir des gribouilles qui me sautent dans la cervelle comme des puces, à lire, à gratter, ou à sauter, comme il vous plaira).