Les quelques 600 radios associatives, les radios locales, les webradios, toutes ces antennes souvent montées avec misère et passion contribuent (entre autres) à la diversité musicale, loin des playlists de 15 titres tournant sur les grosses fréquences, sur lesquelles on compresse la richesse musicale autant que le son.

Un nouveau projet de loi vise à refondre le mode de financement des radios associatives et menace clairement l'existence de la plupart d'entre elles. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Radios associatives en danger. Défendez-les, du bonheur pour vos oreilles, quoi !

Pour les pragmatiques, souvenons-nous que l'industrie musicale est une industrie de l'offre. Nuire à la diversité musicale, à la manière des majors qui n'en finissent plus de se concentrer les unes dans les autres, c'est dans le long terme nuire à cette industrie.